[interview] : NIHEL CHEIKHROUHOU PENSE DÉJÀ À L’APRÈS CONFINEMENT

Nihel Cheikhrouhou, reine du judo féminin en Afrique attend les Jeux Olympiques de Tokyo avec impatience.  Elle rêve de cette médaille depuis le début de sa carrière et compte bien aller jusqu’au bout. Surtout après avoir raté de quelques places, le podium Olympique de Rio en 2016.

Alors qu’elle enchaîne les compétitions internationales pour préserver son classement dans le top 10 mondial, elle commence par avoir la nouvelle de l’annulation du Grand Prix de Rabat. Une compétition sur laquelle elle compte beaucoup, comme elle allait se dérouler sur son territoire africain.

Ensuite, la propagation du COVID-19 devenait incontrôlable et le risque de contamination devenait compromettant, elle apprend avec tristesse le report des Jeux Olympiques.

Après plus de 4 semaines de confinement, Nihel répond à nos questions pour partager avec nous son expérience en cette période difficile.

Bonjour Nihel, ce confinement se passe comment pour vous ? 

“Bonjour, comme tout le monde, je le passe pratiquement chez moi, je ne quitte pas mon domicile vu l’état actuel du pays, notre santé est prioritaire désormais.”

Qu’est ce qui vous manque le plus en cette période ?

“D’abord l’entrainement, bien évidemment, après, mon quotidien me manque, mes amis aussi, mais ce qui me désole le plus c’est cet arrêt en pleine préparation, au top de ma performance physique et mentale, j’espère que tout reviendra comme avant et qu’on sera tous réunit de nouveau”

Comment avez-vous réagi face à la décision du report des Jeux Olympiques ?

 “Honnêtement, j’étais déçue, il ne restait que 3 mois pour affronter les Jeux, je n’avais que ça en tête, j’étais tellement positive mais là le plus important c’est de franchir cette étape épidémique”

Le cas contraire présente-t-il un véritable danger selon vous ?

“Certainement, je dirais même que plusieurs sportifs se seraient retirés de pleins grès, il s’agit de notre santé, ce qu’il y a de plus précieux ! Même lors des entraînements, faut le reconnaître, le risque est là, le judo est un sport de combat où on s’accole l’un à l’autre parfois on se resserre carrément.” 

Pendant le confinement comment vous-faites pour garder le rituel d’une judokate ?

“Je fais très attention à mon alimentation comme je ne m’entraîne plus comme avant donc je ne brûle pas beaucoup de calories, parfois je fais de l’exercice mais ça reste amateur par rapport à mon entrainement habituel. La reprise sera probablement progressive. Disons que ce repos est une sorte de récupération physique.”

Quel est votre message pour les personnes confinées ?

“A tous les Tunisiens, restons chez nous, restons soudés ! A tous les sportifs quelle que soit la discipline, courage ! Pourvu que l’année prochaine nous apportera de meilleurs résultats.”

Encouragez à votre tour Nihel avec un commentaire ci-dessous ! 

Il y’a 1 mois
0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *